Basile Morvan
"Il est appelé pour défendre son pays en Septembre 1939

Il ne reviendra qu'en Août 1945"

 
 

  Matricule : 4724 Brest


 

 

Né le 21 juin 1910 à Ploudaniel
 

Marié le 9 avril 1939 à Kersaint-Plabennec avec Léontine Guivarch 

 

 

 

Décédé le 13 janvier  1964  à Ploudaniel

Fils de Jean-Marie Morvan et de Marie-Yvonne Lavanant

Profession : Cultivateur à Pen-Yun en Ploudaniel.

 

Signalement

Cheveux et sourcils:Chatains

Visage:Ovale

Nez:Moyen

Yeux :Marrons

Front:Ordinaire

Taille:1.71 m

Degré d'instruction:2

 

Décision du conseil de révision et motifs

 

L'inscrit sous le No 171 du canton de Lesneven dans la 2 ème partie de la liste de 1930 ,

Bon pour le service auxiliaire

Strabisme convergeant de l'oeil gauche et varices

 




 

Service militaire dans le 19ème Régiment de Dragons

 

 

  

 Incorporé au 19ème régiment de Dragons à « Dinan »,le 15 octobre 1931

Arrivé au corps en soldat de 2ème classe,le 22 octobre 1931

  Envoyé en congé,le 6 octobre 1932

en attendant son passage dans la disponibilité,le 15 octobre 1932

 

 

  Certificat de bonne conduite accordé

 

   Ses camarades des Dragons



 

              

 

   

Affecté au Centre Mobilisateur de Cavalerie N°10 de Pontivy

Passé au Centre Mobilisateur de Cavalerie N°11 de Pontivy,le 1er janvier 1938

    Affecté au Centre Mobilisateur du Train N°11 de Nantes,le 29 janvier 1939 (nivellement 1938)

 

 


 


Septembre 1939 à Août 1945
 

 



 

La Drôle de Guerre



 

Rappelé à l'activité le 2 septembre 1939

 

 " Mobilisation Générale"

 

 

 

 

Lien vers une vidéo montrant les préparatifs de la drôle de Guerre

http://memoire.ciclic.fr/3106-a-l-ombre-de-mon-clocher



 

 

"Mobilisation dans l'Armée du Train"

 




 


L'Arme du Train

L'arme est relativement récente dans l'histoire militaire de la France. Son créateur est Napoléon Ier qui, alors campé en Prusse orientale, décide de mettre en place, le 26 mars 1807,
un Train des Equipages militaires, une unité de soldats se déplaçant en chariots tirés par des chevaux.
C'est en 1811 que fut organisé de manière cohérente le Train des Equipages de la Garde
(qu'on ne confondra pas avec le Train d'Artillerie ou du Génie de la Garde)

Cette unité dont le QG,ses dépots et ateliers sont à Vincennes, doit servir tous les moyens de transports des unités de la Garde (à part les materiels de l'Artillerie et du Génie) qui auparavant se débrouillaient chacune pour déplacer leurs caissons avec des personnels régimentaires.


 
En 1811, le bataillon du Train des Equipages de la Garde
compte 17 officiers et 755 sous officiers et soldats répartis en 6 compagnies et un Etat Major.
Chaque compagnie sert un certain nombre de fourgons, prolonges, caissons et forges.
Elles sont réparties en campagne au sein des différentes division de la Garde ou au Parc de la Garde.


 
A noter que le bataillon est commandé par un capitaine et les compagnies par des lieutenants
En 1811, la 1ere compagnie sert essentiellement au transport de la comptabilité et des uniformes des régiments de la Garde et la 2eme conduit et accompagne les Ambulances du service de Santé de la Garde.
Les 4 autres: divers matériels, vivres etc...Pratiquement entièrement recréé après la campagne de Russie, le nombre des compagnies est porté à 12 en 1813 ( en parallèle avec l'augmentation des effectifs de la Garde),
avec aussi un accroissement des caissons et fourgons d'ambulances, répartis dans chaque compagnie.



 A nouveau recréé en 1815 à 4 compagnies.L'uniforme est alors bleu céleste distingué de bleu foncé.

Les officiers portent à partir de 1872 le dolman du type de l'artillerie, à col garance avec le numéro de l'escadron. Une tresse de soie noire souligne le parement (à la différence des officiers d'artillerie). Les galons sont en forme de fer de lance avec noeud hongrois. Un schako équipe les officiers jusqu'en 1883, date à laquelle il est remplacé par un képi.Sous le 1er Empire le train participe à toutes les campagnes napoléoniennes. Alors hippomobile, il est chargé de l’approvisionnement des troupes en campagne et du transport des blessés. En 1808 en Espagne, les tringlots doivent soutenir une armée de 100 000 hommes. Le mulet se révèle alors être le meilleur moyen de traverser un relief particulièrement accidenté. Les premières compagnies muletières du train sont créées. Elles seront également à l’honneur en Algérie à partir de 1830. Le maréchal Bugeaud écrira : "c’est le fantassin et le tringlot avec ses mulets qui ont conquis l’Algérie". Au début du XXème siècle, au Maroc, le train devient chamelier pour assurer les ravitaillements à travers le désert entre les postes et les bases d’opérations.
Au cours de la Grande Guerre, le train des équipages s’illustre avec le service automobile. Ce nouveau mode de transport fait très vite émerger la nécessité d’une régulation.

 

En février 1916, la première commission régulatrice automobile, prélude de la circulation routière, est créée pour assurer le contrôle de la circulation sur la route départementale reliant Bar-Le-Duc à Verdun (Voie Sacrée). Le train hippomobile subsiste et continue à porter les ravitaillements au plus près du front. Le général Ludendorff écrira dans ses mémoires : "la victoire française de 1918 est la victoire du camion français sur le rail allemand".En 1939, à la mobilisation, le train représente 300 000 hommes, 100 000 véhicules automobiles et 27 000 véhicules hippomobiles. Il s’illustrera lors des combats de Gennes-Saumur (juin 1940), dans la résistance et sur les routes de la libération dans les forces françaises libres. En 1945, le train obtient son indépendance avec la création d’une direction d’arme, le maintien de son inspection et la création de l’école d’application du train à Tours.
 

Le surnom de tringlot
 
"La tringle", mousqueton de cavalerie de 17,1 mm modèle 1816 à 1822, arme type du Premier Empire particulièrement adapté aux trains des équipages, a donner un surnom aux charretiers transformés en soldats, les tringlots.


 



Affectation

840ème Compagnie Hors Rang

145/11 Groupe de Transport du personnel
11ème escadron du Train Auto
22ème Division d'Infanterie du Général Béziers-Lafosse
11ème Corps d'Armée du Général Martin
9ème Armée du Général Corap
"P.C. à Vouziers-Ardennes"

1ère Grande Armée du Général Billotte


Mis en place par le Centre Mobilisateur :11
dependant de la 11ème compagnie régionale du train
dans la région de Nantes-Chateaubriand-Nord/erdre,le 2 septembre 1939
du Groupe de Transport de Personnel 145/11
Il est constitué des chauffeurs de l’entreprise Drouin avec leurs matériels « cars,camions,véhicules » ainsi que du personnel de réserve,appartenant à la réserve générale du train.





Le groupe de transport de personnel IX

sous les ordres du Lieutenant Colonel Cacaret est composé

 

*du 145/11"Chef d’Escadron Lesourd"

 


840/11ème Compagnie Hors Rang
841/11ème Compagnie Camion TS
842/11ème Compagnie d'Autocars
843/11ème Compagnie de Camionnettes
"pour la 2ème Division D'infanterie puis pour la 40ème Division d'Infanterie"
844/11ème Compagnie de Camionnettes au TIN OU GTIN Ouest
"Devenu GTM/9/22 puis 9ème Armée le 15 mai 1940"
703/22ème Compagnie d'Autocars du GT 131/22
"Passé au 145/11 le 10 mai 1940"



du 142/17 "Chef d'Escadron Charavel"

810/17 ème Compagnie Hors Rang
811/17ème Compagnie Camion Type Spécialisé
812/17ème Compagnie d'Autocars
813/17ème Compagnie d'autocars
814/17 ème Compagnie de Camions Tansports Toute Nature


 

 *du 143/18 " Chef d’Escadron Desormeaux"

820/18ème Compagnie Hors Rang
821/18ème Compagnie de Camions TS "Capitaine Salabert"
822/18ème Compagnie d'Autocars"Capitaine Moniot"
823/18ème Compagnie d'Autocars
824/18ème Compagnie de Camions Transports Toute Nature


 

 

   
Groupe de Transport de Personnel ( Attachés aux DIM par 3 )
Hommes

-1 Chef d'Escadron
-29 Officiers
-1340 Hommes
Régiment de Pionniers
3 Bataillons de 4 compagnies de 190 hommes


Matériel
    - 2compagnie de camions speciaux ( 80 a 100 camions )
    - 1 compagnie de Transport de toute nature (36 camionettes,97 voitures,80 motos,30 remorques)
    - 2 compagnies de bus ( 160 a 200 bus )
-1 compagnie Hors Rang

 

 

Les véhicules de l'Armée du Train















Son parcours,

 

 

  2 septembre 1939
Départ de"Ploudaniel"

2 septembre
Arrivée à "Nantes"

3 septembre
"Nantes"



4 septembre
"Chateaubriant"



5 au 24 septembre
"Nantes"


 

25 septembre
"Chartres"



26 septembre
"Bethencourt"



27 septembre au 9 octobre
Stationnement à "Orruy"



Journaux de Guerre
http://www.dailymotion.com/video/xb0lqr_journal-de-guerre-n-3-semaine-du-1_news


http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-4-semaine-du-1er-octobre-1939


 

 

10 octobre
"Pondron-Largny-Soissons-Cerny"



11 octobre au 19 novembre
Stationnement à "Neuville"

Journaux de Guerre

http://www.dailymotion.com/video/xb0vib_journal-de-guerre-n-5-semaine-du-20_news


http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-6-semaine-du-4-novembre-1939

 

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-7-semaine-du-11-novembre-1939


http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-8-semaine-du-18-novembre-1939



20 novembre
"Jumigny-Craonne"



21 novembre
"Eclaibes-Ferrière-Maubeuge"



22 novembre
"Englefontaine-Landrecies-Laon"



23 au 27 novembre
Stationnement à "Neuville"



Journal de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-9-semaine-du-24-novembre-1939



 

 

 27 novembre au 11 décembre 1939
Stationnement à "Pontavert"


 

 

Les conditions climatiques sont très dures,l'hiver 1939-40,la neige couvre la région Nord et Est à partir de fin octobre,8 cm à Amiens et 10 à Besançon.Les températures descendent ,en moyenne de - 25° à -28 °,avec des pointes à -30 ° dans les Ardennes durant les mois de décembre et janvier.

Le 1er janvier 1940,les températures alternent de - 2 ° en Bretagne à - 18 °dans le Nord-Est.

Journaux de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-10-semaine-du-29-novembre-1939

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-11-semaine-du-16-decembre-1939



 

 

12 décembre 1939

Arrive à l'hôpital de la Croix à Soissons,dans l'Aisne 

 

 

Institut de la Croix,Transformé en Hôpital en 1939,comme en 1914

 

 

20 décembre 1939

 Direction "Ploudaniel" pour 10 jours de convalescence

Journaux de Guerre
http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-12-semaine-du-23-decembre-1939


http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-13-semaine-du-30-decembre-1939



2 janvier 1940
Retour de permission à "Pontavert"

3 au 11 janvier
"Pontavert"



Journal de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-14-semaine-du-6-janvier-1940


 

 

 

12 Janvier 
"Corbeny-Mauregny-Montaigu-Vervins-Watigny"

13 janvier
"Hirson-Marie-Pontavert"

Journal de Guerre
http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-15-semaine-du-13-janvier-1940



14 au 16 janvier
"Pontavert"



17 janvier
"Laon-La Capelle-Mont Dourlens-Sobrinnes"



18 janvier
"Berelles-Berlaimont"



19 janvier
"Saint Quentin"



20 janvier au 19 avril
Stationnement à "Jeancourt"

 

 


Journaux de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-16-semaine-du-20-janvier-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-17-semaine-du-27-janvier-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-18-semaine-du-3-fevrier-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-19-semaine-du-10-fevrier-1940 

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-20-semaine-du-17-fevrier-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-21-semaine-du-24-fevrier-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-22-semaine-du-3-mars-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-23-semaine-du-10-mars-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-24-semaine-du-17-mars-1940
 

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-25-semaine-du-24-mars-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-26-semaine-du-30-mars-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-27-semaine-du-6-avril-1940

 

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-28-semaine-du-12-avril-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-29-semaine-du-19-avril-1940


 

20 avril
"Artemps"



21 avril au 10 mai
Stationnement à Flavy le Martel

Journaux de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-30-semaine-du-26-avril-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-31-semaine-du-3-mai-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-32-semaine-du-9-mai-1940


10 mai
Transports des éléments de la 12ème Division d'Infanterie Motorisé pour la Dyle.

"Rivière de Belgique""Landrecies"
 

 


11 mai
Suite du transport  pour la 12ème D.I.M."Epinois"




12 mai
Débarquement des hommes et du matériel,au nord de Namur dans la matinée.
Puis transport du 24ème RTT "5ème DINA" Débarquement à 22 heures.
"Charleroi"

13 mai
Mouvement vers "Marouille-Jodion-lambusart"



14 mai
Participe au transport de la  2ème DCR dans la région "Avesne-Thuin-Charleroi"



15 mai
Suite transort de la 2ème DCR
"Wattignies-Saint Aubin"



16 mai
Transports d'éléments de la 9ème Division d'Infanterie Motorisé à l'ouest du Cateau.

Journal de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-33-semaine-du-16-mai-1940



17 mai-19 mai
Mouvement vers" Beauvais-Arras-Doullens"

20 mai
Direction "Abbeville"

21 mai
"Fremecourt"



22 mai
"Fontainebleau"

23 et 24 mai
"Jouy en Josas"

Journal de Guerre

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-34-semaine-du-23-mai-1940


25 mai
"Esternay"



26 mai
"Saint Martin"

27 et 28 mai
"Enghien"



29 mai
"Epernay-Suippes-Verdun"

30 mai au 8 juin
Stationnement à Tremblecourt

Journal de Guerre
http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-35-semaine-du-30-mai-1940

http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-36-semaine-du-6-juin-1940

 

 

9 juin
"Parois"

10 juin
"Try dormans-Conde-Epernay-Brizeaux"

11 juin
"Les Islettes-Clermont"



12 juin
"Montmedy-Mangiennes-Bras sur Meuse-Verdun"

13 juin
"Ippecourt-Merlaut-Gondrecourt"

14 juin
"Chemisey-Clefmont-Bourbonne-Gourgeon-Carrefour de la Folie"

 

 

15 juin 1940

 


 

  Une partie du corps fut capturée à Champlitte en Haute Saône
 Puis internée au Frontstalag 123  de Langres
 qui fut ouvert de juin 1940 à février 1941  

 

      

 

 

Transfert de Champlitte vers le "Frontstalag 123" de Langres







 

 

..........A suivre...........

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement