Maurice Le Saoût "1928-1939"
 
 

 



 
Né à Carantec, le 4 septembre 1910



Marié à Sainte Sève,le 23 avril 1935

Avec
Clothilde Marc

Décédé à Morlaix, le 17 avril 1983






Signalement

Cheveux:noirs
Yeux:verts
Front:découvert
Nez:moyen
Taille:1.66m





Grades

Engagement Volontaire le 27 septembre 1928 à Brest
Matricule:3657 B 28



Matelot de 2ème classe,le 27 septembre 1928
Matelot de 2ème classe Canonnier,le 1 avril 1929
Quartier maitre,le 1er janvier 1930
Second maitre,le 1er avril 1933
Maitre,le 1er avril 1937
Premier maitre,le 1er octobre 1941
Maitre principal,le 1er octobre 1947

Cadre de Maistrance,le 21 novembre 1934
Brevet Elémentaire de Canonnier,le 1er avril 1929
Brevet Supérieur de Canonnier,le 1er avril 1935




Campagne double en Chine et Indochine

12 avril 1937 au 1er janvier 1938
1er janvier 1938 au 1er avril 1938
1er avril 1938 au 1er juillet 1938
1er juillet 1938 au 1er janvier 1939




Maurice et sa mère



Affectations



27 septembre 1928

2ème dépot de Brest




6 octobre 1928

Cuirassé "Ernest Renan"



Mis à flot à Saint Nazaire,en mars 1906
Mis en service,en 1908

1ère division légère"Otrante,Montenegro,Tunisie",en 1914 et 1915
Participe à la défense de Mersina en Syrie,les 18 et 19 juin 1919
Ecole des Canonniers,en 1927 et 1928
Coulé comme but de tir,le 3 mai 1936







1er avril 1929






Croiseur "Gueydon"


Mis à flot à Lorient,le 20 septembre 1899
Mis en service,le 1er septembre 1903
Extrême Orient,de 1903 à 1906
Atlantique Sud,en 1910
De Brest à Gibraltar,en 1915
Amérique du Sud et Antilles,en 1916
Refondu à Brest,en 1923
Refondu à Toulon pour servir d'école EATM,en 1926
Remplace le "Pothuau" comme école des canonniers,en1927
Ecole préparatoire de la Marine;Ponton Caserne,de 1935 à 1940
Pour leurrer l’observation de la RAF, les Allemands confectionnent un faux Prinz Eugen avec les coques de l’ex-croiseur cuirassé et les ex-avisos Aisne et Oise. Détruit pendant l’occupation à Brest,en 1942











1er décembre 1932





Croiseur "Pluton"





Mis à flot à Lorient,le 10 avril 1929
Mis en service,le 25 janvier 1932
Construit dans le cadre du programme de réarmement naval de la France,
le Pluton est un croiseur"mouilleur de mines".




Il est transformé, en 1939, en bâtiment école d'application. Le Pluton possède alors un important armement antiaérien et 300 mines. Ces dernières sont à l'origine de l'explosion accidentelle, qui survient le 13 septembre 1939, dans le port de Casablanca. Cette tragédie entraîne la mort de 215 marins sur les 406 hommes que comptait l'équipage au complet. L'explosion, d'une violence inouïe, est ressentie dans toute la ville ; la plupart des victimes ne peuvent être identifiées. 68 d'entre elles sont enterrées dans la section 20 avec la mention « Inconnu ». Le Pluton est le premier navire français, d'une très longue liste, à disparaître en 1939-1945









5 avril 1933


5ème dépot de Toulon




16 juin 1933

Cuirassé "Paris"





28 septembre 1912: Lancement à Toulon
01.08.1914 : fin des essais
09.08.1914 : rejoint l’Armée navale
17.09.1914 : affecté à la 1ère division de la 2ème escadre, arbore le pavillon du VA Le Bris.
Le Paris sert en Méditerranée pendant le conflit et participe au blocus de l’Adriatique, patrouille dans le canal d’Otrante
Après 1915 : maintenu en alerte à Malte et à Bizerte
11.1915-01.1916 : ayant été mis en ligne sans avoir subi les démontages habituels après essais, doit revenir à Toulon pour réparations
10.05.1916 : affecté à la 2ème division de la 1ère escadre,
les sorties se limitent souvent à des transits entre Malte, Bizerte, Argostoli, Corfou
1916-1918 : Malte, Bizerte, Corfou jusqu’à l’armistice
09-10.1918 : en travaux à Toulon
Jusqu’au 25.03.1919 : en mission à Pola
Jusqu’au 16.04.1919 : en mission à Corfou
05.1919 : il effectue une tournée à Beyrouth,
puis sur les côtes du Levant, à Smyrne pour protéger le débarquement des troupes grecques qui doivent occuper la ville
20.05-24.06.1919 : escale à Constantinople pour repartir ensuite sur Toulon
30.06.1919 : arrivée à Toulon
01.07.1919 : affecté à la 1ère division
1920 : modernisé à Bizerte. Le mât avant est remplacé par un tripode, les cheminées avant fondues en une seule, les passerelles sont agrandies (*). Basé à Toulon, devenu le bâtiment amiral de l’escadre de la Méditerranée occidentale, il effectue des activités normales d’escadre en temps de paix (exercices, manœuvres, représentations) sur les côtes de Provence, puis d’Afrique du Nord jusqu’en 1922
20.07.1921 : affecté à la 3ème division de la 1ère escadre
11.1922-11.1923 : subit une grande refonte à l’arsenal de Brest. (*) Les travaux de 1920 notés à Bizerte me semblent un peu "lourds" pour ce port, je pencherai pour ces modifications importantes comme ayant été effectuées à Brest lors de cette refonte.1923-1924 : escadre de la Méditerranée, exercices sur les côtes de Provence
1925 : le Paris est détaché vers Mers El-Kébir en soutien de la force navale franco-espagnole opérant au Maroc (guerre du Rif). Il détruit avec ses canons de 305 et de 138 les batteries ennemies qui se manifestent
08.1927-01.1929 : grande refonte à Toulon
1929-1930 : exercices le long des côtes de Provence et des croisières à l’occasion du centenaire de l’Algérie
01.10.1931 : après une dernière période de service avec la 1ère escadre de la Méditerranée, il est affecté à la division d’instruction comme bâtiment école des électriciens et des torpilleurs
07.1934-05.1935 : après des travaux, il devient bâtiment école pour les timoniers et les chauffeurs
1937-1938 : école de canonnage
1939 : la 3ème division de ligne (Paris-Courbet) fait partie de l’escadre d’instruction (5ème escadre). A l’ouverture des hostilités, la 3ème division de ligne est aux ordres du Préfet Maritime. Il quitte Toulon pour Brest
1940 : réarmé à effectif de guerre est envoyé au Havre et participe à la défense contre avions de la ville et utilisé pour le front de la Somme
11.06.1940 : bombardé par des avions allemands, sérieusement touché par une bombe (300 tonnes d’eau)
14.06.1940 : envoyé à Cherbourg puis à Brest
18.06.1940 : évacué vers l’Angleterre, il transporte 1 600 mousses de l’Armorique de Brest à Plymouth
03.07.1940 : saisi par les anglais à Plymouth, sert de bâtiment-base pour chalutier et petits bâtiments
07.1945 : restitué à la France
21.08.1945 : utilisé comme bâtiment-base de la flottille de la 2ème région maritime
21.02.1955 ou 21.12.1955 : condamné
1956 : vendu pour démolition à La Seyne sur Mer, numéro de coque Q 64
06.1956 : démoli à La Seyne sur Mer.



 
 

 






1er juin 1934


Cuirassé "Courbet"

Ecole de Cannonage à Brest



Mis à flot à Lorient,le 23 septembre 1911
Mis en service,le 19 novembre 1913
Batiment amiral de l'escadre de la méditerrannée,de 1914 à 1921
Ecole de canonnage,en 1923
Division des écoles à Toulon,à partir de 1934
Saisi par les Anglais,le 3 juillet 1940
Sert de batterie anti aérienne et abats 5 avions allemands,de 1940 à 1941
Transformé en dépot de matériel,en 1941
Coulé volontairement en face d'Hermanville près de Ouistreham,le 9 juin 1944

 
 
Maurice y est embarqué comme Instructeur





Prise de Commandement par le Capitaine André Patou



1er avril 1937


2ème dépot de Brest



6 juillet 1937

5ème dépot de Toulon



9 juillet 1937

Passager Mer "Paquebot"

"Destination Shangaï"




12 aout 1937

Croiseur "Lamotte Picquet"


Mis à flot à Lorient,le 21 mars 1924
Mis en service le 1er septembre 1926

Commandant au 19 juillet 1928:Capitaine de Vaisseau Huau
Puis au 20 septembre 1928:Capitaine de Vaisseau Duplat
Mis en réserve à Saigön,fin 1942
Attaqué par des avions US,il fut touché,chavira et coula dans la rivière de Donnaï en Cochinchine,le 12 janvier 1945


















 

1937

Nous trouvons le Lamotte-Picquet au mouillage de Shan Kai Kwan dans la nuit du 2 au 3 août. Il arrive une nouvelle fois le lendemain à Chin-Wang-Tao où il reste jusqu'au 6 avant de revenir à Chefoo très tard dans la soirée. Le 9, le croiseur appareille pour Shanghaï où il sera deux jours plus tard
L'amiral Le Bigot y trouve une situation grave. Aussi, afin d'avoir une opinion encore plus exacte, transfère-t-il son pavillon sur le Dumont d’Urville qui va mouiller au "mille 31" sur le bas Yang-Tsé, dès le 12 dans la matinée. Il revient le lendemain à Shanghaï et l'amiral rembarque sur le
Lamotte-Picquet
Notre concession à Shanghaï, le "Bund", quoique située sur le Wang-Poo au sud des autres concessions étrangères et tout à fait en dehors de celle du Japon, n'en est pas moins exposée aux erreurs des avions chinois attaquant les nippons. C'est ce qui se produit effectivement au cours d'une attaque aérienne dont les bombes font des centaines de victimes parmi la population ; toutefois, seuls, quelques français sont blessés.
Le 14 août, de nouvelles bombes tombent, heureusement sans les atteindre, près de nos navires ancrés dans le port qui, outre le bâtiment-amiral, sont les avisos Dumont d’Urville et Savorgnan de Brazza ainsi que la canonnière fluviale Doudart de Lagrée. Les bombes font 445 morts et 828 blessés dans le Bund et 600 blessés dans le "Settlement", la concession internationale. Yves Le Gall, alors QM infirmier sur le Dumont d'Urville se souvient de la traversée de la ville "au milieu des cadavres d'hommes et de femmes dépecés et pendus à des crocs de bouchers", "les corps venaient se coincer contre l'échelle de coupée. Il fallait les décrocher avec des gaffes enveloppées de chiffons pour ne pas les crever"Une vedette où se trouvait l'amiral Le Bigot manque également de sombrer au cours du bombardement. La situation exige la présence du Lamotte-Picquet pendant plusieurs mois et ce n'est que le 26 décembre qu'il appareille pour Haiphong où il arrive le 31 avec le Savorgnan de Brazza





1938

Après avoir quitté Haiphong le Lamotte-Picquet se trouve le 4 janvier en baie d’Along, toujours en compagnie du Savorgnan de Brazza avec lequel il arrive à Tourane le 8. Le croiseur-amiral appareille le 13 au matin pour jeter l'ancre à Nhatrang le lendemain. Parti le 15, le Lamotte-Picquet rentre à Saïgon le 16 janvier où il devient indisponible pour travaux pendant trois mois. Ceux-ci sont entrepris dès le 19 janvier et comportent notamment la visite des turbines et l’allégement des mâts avant et arrière. Ce dernier est modifié comme l'avait été celui du Primauguet l'année précédente à Lorient ; c'est à dire qu'il se présente désormais sous la forme d'une espèce de double potence
Ce n'est que le 14 avril en soirée que le croiseur reprend sa navigation pour se rendre à Port-Dayot où il arrive le 16 avec le Dumont d’Urville. Le Lamotte-Picquet y reste une semaine avant de se diriger le 23 avril vers la baie d'Along (24-28). Il effectue une escale à Fort-Bayard du 29 avril au 2 mai, en route pour Hong-Kong

Pendant que son croiseur stationne à Hong-Kong pour carénage (3-15 mai), l'amiral Le Bigot met à profit cette courte indisponibilité du Lamotte-Picquet pour se rendre sur le Savorgnan de Brazza dans l’île portugaise de Macao (3-9 mai).

Le Lamotte-Picquet appareille le 15 mai pour l'archipel des Tshusan. Il mouille devant l'île Putu au cours de la matinée du 18 avec le Primauguet qui venait d’arriver de Shanghaï. Le 19 en soirée Lamotte-Picquet appareille pour remplacer le Primauguet à Shanghaï, quant à celui-ci il se dirige vers Hong-Kong pour caréner à son tour.
A Shanghaï à partir du 20 mai, le Lamotte-Picquet stationnera jusqu'au 28 du mois suivant
A la fin de ce séjour à Shanghaï, l'amiral Le Bigot met son pavillon sur l'aviso Dumont d’Urville pour remonter le Yang-Tsé. Aussi, le trouvons-nous le 21 juin à Chinkiang, le lendemain à Nanking et à Wu-Hu le 24.
L'aviso rentre à Shanghaï avec l'amiral, de très bonne heure le 26 juin.
Deux jours plus tard le Lamotte-Picquet appareille au cours de l'après-midi pour se rendre à Chin-Wang-Tao où il arrive le 30.
Notre croiseur s'arrête à Tourane le ler juillet, restant plusieurs jours dans ce port qu'il quitte pour aller à Chefoo le 12 et à Wei-Hai-Wei le 15. Il va ensuite à Tsing-Tao pour une très courte escale (20-21 juillet), avant de rejoindre Shanghaï le 23.
Notre croiseur s'arrête à Tourane le ler juillet, restant plusieurs jours dans ce port qu'il quitte pour aller à Chefoo le 12 et à Wei-Hai-Wei le 15. Il va ensuite à Tsing-Tao pour une très courte escale (20-21 juillet), avant de rejoindre Shanghaï le 23.
Après quelques jours d'exercices nos croiseurs se séparent ; le Primauguet pour arriver à Hong-Kong le 8 août, le Lamotte-Picquet, après une touchée le même jour à Port-Dayot, rentre le lendemain à Saïgon.
Dans le courant du mois d'août le vice-amiral Le Bigot est l'objet d’une citation à l’Ordre de l'Armée.
Le 17, le Lamotte-Picquet appareille de Saïgon pour Singapour où il effectue une escale du 19 au 23 avant une croisière aux Indes Néerlandaises.Cette croisière le conduit successivement à Scerabaya (26 août - 6 septembre), Bali (7-13), Makassar (14 et 15) et enfin à Port-Kudat (nord-est de Bornéo) du 18 au 21 septembre.
La situation en Europe est à ce moment très critique ; elle se terminera par les fameux " accords de Munich ". Le Lamotte-Picquet se trouve alors aux Philippines ; il est depuis le 23 à Manille avec le Primauguet et les sous-marins Le Tonnant et Le Conquérant qui se trouvaient en croisière d'endurance.
L'alerte passée, le Lamotte-Picquet se dirige vers Hong-Kong le 10 octobre ; le lendemain il est devant Port-Dayot, le 12 devant Tourane. Il arrive à Hong-Kong le 15 octobre et reste quatre jours avant d'aller à Shanghaï le 22.
Le Lamotte-Picquet séjourne tout juste un mois à Shanghaï, appareillant pour Hong-Kong le 22 novembre où il arrive le 7 après des exercices et un mouillage devant l'île Putu, une des Tshusan.
Nous trouvons ensuite notre croiseur en baie d'Along le 2 décembre, avec le Primauguet.
Après quelques jours d'exercices, il se rend à Haiphong le 16 et mouille le 29 décembre à Tourane.



1939


Le 3 janvier le Lamotte-Picquet fait route sur Port-Dayot où il jette l'ancre du 4 au 6. Poursuivant sa croisière, il mouille au Cap Saint-Jacques (7-8 janvier) ainsi qu'à Ream (Cambodge) le 10 et le 11 ; passant ensuite devant Poulo-Condore avant d'arriver à Saïgon le 13 à trois heures du matin. A partir du 15 janvier le Lamotte-Picquet entre en travaux pour un grand carénage qui durera deux mois.Malgré l'indisponibilité de son croiseur et la mission du Primauguet au Proche-Orient, l'amiral Le Bigot ne reste pas inactif. Il arbore sa marque sur l’aviso Amiral Charner avec lequel il part de Saïgon le 3 février pour une visite en Thaïlande, à Bangkok. Cette visite se déroule du 6 au 11 et à l’issue l'amiral rentre à Saïgon le 14 février.
Il remet sa marque sur le
Lamotte-Picquet.
Une dépêche ministérielle du 2 mars décide que les croiseurs affectés aux F.N.E.O., même à titre occasionnel, constitueront désormais la 5ème Division de croiseurs. Cette mesure, si elle concerne immédiatement le Lamotte-Picquet, ne concernera qu'un peu plus tard le Primauguet qui se trouvait détaché à Djibouti. Il était pratiquement toujours de règle, en effet, que tout bâtiment se rendant en Extrême-Orient ou en revenant cesse d'être ou passe sous les ordres directe du Ministre à son départ de Colombo (Ceylan) dans les deux sens. Pour le Primauguet, revenant de mission, c'est effectivement après avoir quitté ce port le 5 mai, que le lendemain il fera partie de la 5ème Division de croiseurs.

Disponible le 15 mars, comme prévu, le Lamotte-Picquet reprend la mer et le 17 il arrive à Tourane où il restera jusqu'au 20. En cours de route il avait effectué des essais de bon fonctionnement consécutifs à son grand carénage et jugés satisfaisants.A partir du 21 mars, le croiseur est en baie d'Along avec l’aviso Rigault de Genouilly .
les 29 et 30 il est à Fort-Bayard.
Le Lamotte-Picquet va ensuite à Hong-Kong du 31 mars au 17 avril. Il passe au bassin du Taikoo Dock (2-3 avril) où son gouvernail, qui manifestait un jeu excessif est démonté et réparé. Egalement ses turbines B.P. tribord interne et H.p. tribord externe sont ouvertes et examinées. Le Lamotte-Picquet effectue des essais à grande vitesse ; mais, le 19 avril, en raison de la nouvelle tension en Europe (Tchécoslovaquie),
il reçoit l'ordre de se replier sur Saïgon où il arrive le 23.
Le croiseur reste à Saigon jusqu’au 19 mai. Depuis le 12, le vice-amiral Decoux a remplacé l’amiral Le Bigot à la tête des F.N.E.O.. Le même jour, un nouveau commandant, le capitaine de vaisseau Bérenger (M.D.R.) a pris la charge du Lamotte-Picquet.De Saigon, notre croiseur va à Cam-Ranh et en baie d’Along avant de se trouver les 23 et 24 mai à Amoy où les japonais menaçaient l’île de Koulang-Su, siège de la Concession internationale. Shanghaï le 26 mai, le Lamotte-Picquet quitte ce port le 5 juin pour conduire à Haiphong M. Henri Cosme, notre ambassadeur en Chine, qui allait à Chunking. Arrivé le 9, le croiseur reste à Haiphong jusqu’au 13 pour se rendre ensuite à Cam-Ranh.
C’est dans ce secteur de Cam-Ranh que le 15 juin, au cours d’un exercice, disparaît notre sous-marin Phénix (capitaine de corvette Bouchacourt). Aussitôt alerté, l’Amiral Decoux fait route à 15 heures de Cam-Ranh avec le Lamotte-Picquet. Il se trouve sur le lieu présumé du naufrage une demi-heure plus tard et poursuit jusqu’à la nuit d’infructueuses recherches. Le croiseur rentre le 17 à Saïgon où il reste jusqu’au 19, date à laquelle il part pour Singapour.
Du 21 au 29, juin le Lamotte-Picquet séjourne à Singapour où l’amiral Decoux assiste à une conférence franco-britannique réunie en raison de la situation déjà très inquiétante, en Extrême-Orient. L'Amiral se trouve ainsi en contact avec son homologue anglais Sir Percy Noble, Commandant en chef de la China Station.








"Dégustation de canne à sucre à Dolat en février 1939"



29 juin 1939

Rappatrié,passager mer,par le Paquebot Athos II



Paquebot construit aux Chantiers A.G. Weser au titre des réparations pris en charge le 2 février 1927 par les Services Contractuels des Messageries Maritimes.Affecté à la ligne d'Extrême Orient, premier départ le 25 mars 1927 de Marseille.
En 1929 sert de cadre à Roland Dorgelès pour son roman "Partir".

En 1936 pour faire face à la concurrence des allemands et des italiens est équipé d'une chaudière Velox en remplacement de la 7° chaudière envoyant la vapeur dans 2 turbines supplémentaires à haute pression, la vitesse pas sant à 18,5 n et modification des emménagements (84 passagers en 1°, 108 en 2°, 112 en 3° et 526 rationnaires); coque peinte en blanc.
Reste sur la ligne d'Extrême Orient jusqu'en juin 1940. En juillet participe au rapatriement d'Alexandrie de la Force X bloquée par les britanniques et des équipages des navires marchands saisis dans le canal de Suez. Envoyé en gardiennage à Alger, puis après le débarquement anglo américain en Afrique du Nord envoyé à Casablanca, puis à Dakar pour ramener des troupes.
Affrété parla War Shipping Administration américaine le 8 mars 1943 à Casablanca, envoyé à New York pour transformation en transport de troupes (3056 hommes). Premier voyage sur Belfast et Gourock (Ecosse) du 5 décembre 1943 au 1° janvier 1944. Deuxième voyage avec de nombreuses avaries aux turbines de New York le 19 janvier pour embarquer 3 000 Flying Tigers pour Bora Bora, Fremantle, Bombay et retour New York le 1° juillet. Voyages suivants sur Grande Bretagne et Italie.
Redélivré en janvier 1946 au gouvernement français. Transporte les équipages français aux Etats Unis pour prendre en charge les liberty-ships remis à la France. En novembre 1949 reconditionné pendant quatre mois à Marseille. Remis en service le 10 février 1950 et utilisé pour le transport de troupes sur l'Indochine, la Corée l'Afrique du Nord, et de pélerins de Casablanca sur Djeddah (juin 1950, juin 1953, juillet 1956). Le 31 octobre 1956 quitte Marseille avec 2 334 hommes à destination de Port Saïd et ramenés suite à l'arrêt des opérations. Puis affecté au transport de troupes sur l'Afrique du Nord (240 000 hommes entre mai 1957 et avril 1958).
A son dernier retour à Marseille reçoit les honneurs militaires.
Retiré du service le 8 octobre 1958, rendu à la Marine Marchande et démoli à La Spezia en 1959







20 juillet 1939

2ème dépot de Brest

 
A suivre......


..
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement