Michel Abaléa

...se bat à Verdun en Juillet 1917

Pendant que son fils,embarque sur un Croiseur...

 
 

Matricule: 646

 

 

 

 Né le 18 mai 1872 à Treflez

Marié le 28 janvier 1899 à Plouescat avec Marie-Anne Mercer

Décédé le 18 décembre 1918 à Plouescat

Fils de Yves Abaléa et de Marie-Jeanne Olier

Cultivateur

 

Signalement

Cheveux et sourcils: Blonds

Yeux: Gris

Front: Ordinaire

Nez: Moyen

Menton :Rond

Visage:Ovale

Taille:1.52m

Degré d'instruction: 2

 

Decision du conseil de révision et motifs

 

L'inscrit sous le No 28 de tirage au sort dans le canton de Plouescat

Dans la 6ème partie de la liste du recrutement Cantonal

Bon pour le service auxiliaire

Défaut de taille

Ajourné en 1893

Ajourné en 1894

Ajourné en 1895

 

 

 
 

De 1914 à 1918

 "Campagne contre l'Allemagne"

 25 janvier 1915 au 17 décembre 1918

 

Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale

 1 aout 1914

Classé Service Armé par la commission spéciale de réforme

Affectation dans l'armée active " services auxiliaires"

11 novembre 1914

 

25 Janvier 1915 au 2 Juillet 1915 

 Affecté au 87 ème régiment d'infanterie territorial

 

 

 

Garnison de Brest-Le Chateau

 

 Incorporé dans les Troupes du Camp retranché de Paris,il fait parti du 4ème bataillon ,fin janvier il est à Plessis-Brion pour organiser tout un système de défense dans la forêt de Laigue,au nord-est de l'Aisne 

 

3 Juillet 1915 au 25 Janvier 1917

Affecté au 45 ème régiment d'infanterie

 Dépendant de la 122 ème DI

 

 

 

Il arrive au 45 ème R.I. alors que celui ci est au repos et en réapprovisionnement dans la région d'Hermonville .A partir du 14 juillet ,le régiment se porte sur Berry au bac, La Miette et la ferme du Choléra ou il cantonne; il doit ensuite relever un régiment du 1er CA.,qui tient le canal de l'Aisne à la Marne ,près de la ferme du Godat.

Berry au Bac

 

 

 La Ferme du Choléra

Le régiment occupe le même secteur jusqu'au 17 aout.Durant cette période,l'organisation défensive est sérieusement renforcée,les abris de bombardements pour les hommes sont à peu près terminés,tous ces travaux sont effectués sous les bombardements de l'ennemi qui envoie continuellement des torpilles et des grenades de toutes sortes.

Le 17 aout ,le régiment est relevé par le 43ème R.I.et va bivouaquer dans les bois à proximité de Bouffignéreux.

Départ le 18 aout pour occuper le secteur "Pêcherie-La Miette-Choléra" le régiment y reste jusqu'au 2 octobre,période très pénible car il ne fut accordé aucun repos.Les bataillons"au nombre de 3" alternaient en ligne et allaient en réserve dans les bois qui dominent la rive gauche de l'Aisne près de Gernicourt-Berry au bac.Pendant un mois et demi ,toutes les troupes disponibles furent employées à exécuter les importants travaux d'approche pour l'attaque qui devait avoir lieu le 25 septembre.

Le travail se poursuivait nuit et jour sous les bombardements continuels de l'ennemi qui causèrent de nombreuses pertes.

Du 25 septembre à fin octobre les combats de champagne ont permis d'avancer de ...4km ,   et de perdre ....130000 hommes

  

- 2 octobre 1915-

Les 3 bataillons du 45ème RI quittent le secteur de Berry au bac et allaient au repos à Courcelles-Sapicourt.

 

-6 octobre 1915- 

Il quitte cette région et allait par étapes ,à Plivot ou il arrive le 7,après avoir cantonné à Damery.Le régiment était en réserve d'armée lorsqu'il reçut l'ordre de s'embarquer le 12 octobre à Epernay,à destination de Toulouse par voie ferrée;là il devait se reformer pour être envoyé,avec la 122 ème DI  sur le théatre d'opérations des Balkans

 

-14 octobre 1915-

Arrivée à Toulouse ou ils occupent les cantonnements suivants:

1er bataillon à Blagnac

2ème et 3 ème bataillons à Beauzelle

Cette période de stationnement est employée à la réorganisation du régiment"Renfort d'effectifs,habillement,matériels et animaux de bât" nécessaires au corps expéditionnaire.

 

-25 octobre au 3 décembre 1915-

Transport par voie ferrée de Toulouse vers Séte et Toulon ,

Embarquement le 27 octobre 1915 du 1er bataillon à Séte

 Sur le cargo Américain "Lake Michigan"

Arrivée à Salonique le 4 novembre 1915

Embarquement le 27 octobre 1915 du 2ème bataillon à Toulon

Sur le paquebot Anglais"Ascania"

Arrivée à Salonique le 3 novembre 1915

 

Embarquement le 31 octobre 1915 du 3ème bataillon à Sète

Sur le paquebot Anglais"Ménominée"

Arrivée à Salonique le 9 novembre 1915

 

 

  Débarquement à Salonique

 

 A leur arrivée à Salonique les 3 bataillons sont dirigés vers le camp de Zeitenlik,à proximité de la ville ou ils bivouaquent en attendant leur départ pour la Serbie.

  


 

-12 novembre 1915-

Les trois bataillons quittent successivement le camp de Zeitenlik,s'embarquent en chemin de fer pour être dirigés sur la rive gauche de la Cerna jusqu'à la station de Krivolak,ou ils débarquent et se dirigent vers Kavadar ou ils bivouaquent.



Route de Kavadar à Demir Kapou

 -14 novembre 1915-

A 1 heure du matin ,le bivouac est levé ,le régiment se porte sur la rive droite de la Cerna qu'il traverse à Vozarci sur un pont de bois de solidité douteuse que les hommes franchissent en colonne par un.

Dans la soirée du 14 ,le 1er bataillon établit des tranchées dans la région de Sirkovo,les deux autres bataillons bivouaquent en arrière de la première ligne ,à l'ouest de Rosoman,Tristani et Kamendol.

-15 novembre 1915-

Les 2ème et 3 ème bataillons relèvent les unitées du 248 ème RI qui ont été engagées les jours précédents et occupent les tranchées sur les pentes Est de la région montagneuse face à Cicevo et Krussevica.

Jusqu'au 20 novembre ,calme à peu près complet.
Nombreuses patrouilles effectuées pour maintenir le contact avec les Bulgares.

 -20 novembre 1915-

 L'artillerie Bulgare entre à nouveau en action,l'objectif de l'ennemi est le pont de Vozarci,seul passage sur la Cerna.Toutes leurs tentatives sont repoussées,le 45ème bivouaque près de Kavadar.

 -22 novembre 1915-

 

 Vers 3h30 le bivouac est levé,destination Koru sur la rive droite de la Cerna,jusqu'à ribarcy que nous occupons jusqu'au 3 décembre,

Période extrêmement pénible pour les hommes"Vent du nord violent et température de -17° au dessous de zéro".

-3 décembre 1915-

Dans la matinée le feu Bulgare redouble d'intensité,des compagnies entières défilant dans la neige avancent  hors de portée de nos fusils.L'ordre de retraite sur Koru est donné.Rassemblés à koru le 45ème se porte sur Demir-Kapou ou il arrive le 4 décembre vers 3 h du matin.

-5 décembre 1915-

le 1er bataillon se porte à Krilovack ,destination Mirovca et Miletkovo,le 2 ème bataillon à Orizar-Dren et le 3ème à Orizar sur la Bosava. 

 -6 au 17 décembre 1915-

 Engagés dans la retraite vers Salonique

Les 6 et 7 ,attaques Bulgares sur Pétrovo-Gabres

le 7 sur Davidovo et le 8 sur Kovanets

Le 9,repli à hauteur de la Boyimia

Le 10 ,combats vers Gourintchet

Le 11,combats et repli entre Davidovo et Guievguieli

Le 12, passage de la frontière Grecque,sur les deux rives du Vardar

Puis à partir de Karasouli,retraite par la rive gauche sur Dogandgi

Ou la 122ème D.I. arrive le 17

 -17 décembre 1915 au 31 mars 1916-

 

Organisation du camp retranché de Salonique,dans le secteur Dogandgi-Dourmouchlou.Le 45 ème aménage à l'ouest sur la rive gauche du Vardar de Dogandzy à Topcin

A partir de janvier 1916 ,extension du front sur la rive droite du Vardar,jusqu'au Kara-Azmak,par le sud -est de Kayali

"Contacts avec l'ennemi vers Karsouli et Matchoukovo

 -31 mars au 28 aout 1916-

Occupation  d'un secteur sur le Vardar vers Ardjan et Lioumnitsa

 Arrivée à Bohemica ,le 19 mai 1916 le 45ème va bivouaquer  entre Izvor et Gorgop,il va travailler à la création de routes pour permettre à l'artillerie lourde d'avancer.La prise de contact avec l'ennemi ne se refera qu'au début aout 1916 à la suite de plusieurs bonds qui amènent le régiment sur la rive droite de la Ljumnica.Cette progression a été faite sans combats violents,seuls quelques patrouilles ont connu de légères pertes.Néanmoins l'effectif est très réduit en plus des victimes et blessés au combat, le paludisme et la dyssentrie font d'énormes ravages dans les rangs

Blessé le 8 Aout 1916

"Plaies multiples -dos-fesse gauche"

 -12,13,14 septembre 1916-

Actions fréquentes au nord de la piste Lioumnista-Nonte vers Hadgi Bari Mohala

 -9 octobre 1916- 

Le 45ème prononce sur des crêtes rocheuses une brillante attaque et conserve la totalité des positions conquises ,malgré la violence des contre-attaques Bulgares.

 -Octobre 1916 à janvier 1917-

Relève sur la rive gauche du Vardar par des éléments Britanniques 

Montée vers Nonte et Mayadg

  

26 Janvier 1917 au 25 Aout 1917 

Affecté au 6 ème régiment d'infanterie

 

-Verdun-

Le 6 ème R.I. prend le front de Bezonvaux-Bois des Caurrieres et va le tenir pendant 5 mois avec le 12ème RI,allant épisodiquement dans la région du Fort de Vaux .C'est un secteur très actif ou les attaques ennemies sont permanentes,tout est à créer tranchées ,abris ,boyaux.Il n'existe plus de chemins ,plus de talus ,plus de ravins !Les trous d'obus succèdent aux trous d'obus,Semaine après semaine ,ils tiennent leurs positions empêchant toute progression de l'ennemi.

Le 25 juin,après cinq mois d'efforts et d'endurance le régiment, relevé par le 511ème R.I., quitte le Bois des Caurrières sans avoir céder un pouce de terrain,ne pas avoir perdu un seul prisonnier,malgré toutes les tentavives Allemandes,et de laisser une organisation solide là ou il n'avait trouvé que des trous d'obus.Le régiment est transporté à Thionville ,pour se réorganiser.

 

 

 

 26 Aout 1917 au 12 Avril 1918

Affecté au 47 ème régiment d'infanterie

 

Garnison de Saint Servan

-Verdun:Aout à septembre-

Le 30 aout ,le régiment est ramené à Verdun en camions et poussé le 1er septembre au nord est de la Côte 344.Il y subit des bombardements continus,en partie par des obus toxiques.Le 9 septembre ,à la faveur d'un épais brouillard,l'ennemi attaque à l'aube.Les bataillons sont très éprouvés! Le secteur se calme peu à peu puis se ranime vers la fin du mois. 

 

Cote du Poivre,Cote 344


-Woevre:Octobre à janvier1918-
 

Le 2 octobre ,l'ennemi déclenche sur nos positions un feu d'une violence inouïe.Malgré les contre-attaques qui rétablissent la situation,nos pertes sont très sévères .Les bombardements continuent ,puis s'apaisent le 5. le 6 octobrel'ennemi effectue une nouvelle attaque ,appuyée de lance-flammes,l'attaque est repoussée .

Les combats de ces journées valent au régiment une citation à l'ordre de l'Armée.Les jours suivants ,le calme renaît mais la pluie comble de boue tranchées et boyaux,la situation est très pénible .Fin octobre la relève se fait le régiment est emmené en camions à Glorieux,Outrepont et Jussecourt ou il se repose jusqu'au 6 novembre.

Le 6 novembre ,le 47 ème RI est transporté à Dieue;dans la nuit du 7 au 8 novembre ,il entre en ligne en face de la Woëvre"Bonzée-Haudiaumont"La situation est calme.Le régiment reste là en décembre 1917 et janvier 1918 patrouillant,subissant peu de pertes ,sous un froid rigoureux.

-Février à avril 1918-

Le 1er février ,il s'étend vers le sud jusqu'à la Côte des hures.Du 28 février au 2 mars il est employé à des travaux de la 2ème position,d'abord sur la rive droite de la Meuse,puis vers les Bois Bourrus sur la rive gauche.

Du 2 au 21 mars ,il relève dans le secteur des Chambrettes et au Bois le Chaume,le 9ème Zouave.Les évènements obligent à étendre le front de sorte que le 27 ,un bataillon occupe tout l'espace entre le Bois des Fossés et le Bois des Caurrières.Dans les nuits du 28 au 29mars,du 1 au 2 avril,du 7 au 8 avril,l'ennemi tente des coups de mains,appuyés par une forte artillerie et un emploi intense d'obus toxiques.Il échoue.Mais dans la nuit du 13 au 14 avril ,il attaque par projecteurs.Le régiment perd un grand nombre de soldats intoxiqués 

Les Chambrettes,Bois le Chaume,Les Caurrieres

 

 

13 Avril 1918 au 18 Décembre 1918 

Affecté au 62 ème régiment d'infanterie

Garnison de Lorient

 

 

Le 18 avril ,le régiment relève le 404 R.I. Le secteur s'étend sur un front de 5 km allant d'Ailles à Tourteron,le régiment est en 1ère ligne.Le terrain est d'un chaotique sans nom depuis les bombardements du printemps 1917.

Du 18 avril au 26 mai les bataillons se relèvent par période de 15 jours en 1ère ligne et 8 jours de réserve.Le secteur est calme ,l'aviation ennemie peu active,l'artillerie adverse ne tire presque pas.

La nuit les bruits de voitures ,de trains indiquent une circulation intense ,signe de relève chez l'ennemi.Dans la nuit du 25 au 26 mai, une patrouille se heurte à un très fort groupe ennemi ,qui exécute des travaux en avant de ses lignes,le combat est engagé etdes prisonniers sont ramenés.

Le 27 mai à 4 h du matin l'attaque Allemande se produit sur le Chemin des Dames.Tirs d'artillerie très violents avec des obus de tous calibres,toxiques et autres.Tout le terrain est battu et un épais nuage rend la visibilité extrêmement difficile .Les pertes furent très elevées.

Le 30 mai ordre est donné d'aller prendre position à Cresanay et d'y tenir jusqu'au 2 juin.

 -Vosges: juin à aout-

Le 3 juin ,le régiment est enlevé en autos"Taxis de la Marne"à Condé en Brie et transporté à Marsains.Le 4 juin ,il fait mouvement en marche par voie de terre et arrive le 6 juin à Saron sur Aube.Le 10 juin il recoit des renforts du 252 ème R.I. Les 14 et 15 juin ,il embarque en gare de Romilly sur Seine et débarque le 15 au Thillot"Vosges"Le19 juin le régiment relève le 97 ème R.I. au Grand Ballon et dans la région des Sudel.Le régiment reste en Alsace jusqu'au 27 aout 1918,en exécutant nombres de patrouilles.

 -Champagne:septembre à octobre-

 Le 3 septembre le régiment embarque à Mortzwiller,débarque à Blesmes et va cantonner à Thierlemont-Faremont.

Du 5 au 18 ,il exécute exercices et manoeuvres en vue de la grande offensive qui doit commencer fin septembre.

Du 19 au 24,le régiment gagne par étapes son secteur d'attaques

"La Butte de Souain,Somme-Py,Saint Pierre,Saint Clement,

Alligny,Le Preboulet,Guincourt"

  

Bilan de septembre pour le 62ème

4 officiers tués

12 officiers blessés

2 officiers évacués"Gazés"

75 soldats tués

288 soldats blessés

96 soldats disparus

29 soldats évacués "gazés"

Le 29 septembre la relève est faite par le 265 ème R.I.

Le 3 octobre ,le régiment se reconstitue pour se diriger sur la région du nord ouest de Souain.La progression est rendue difficile par la présence de mitrailleuses Allemandes dissimulées dans les bois.Au cours du mois d'octobre le régiment participe à la reconquête de tous les villages du secteur"Saint Etienne à Arnes,Blanc Mont,Somme Py.." fait plus de 1000 prisonniers et permis une progression de 20 km.ensuite il s'engage dans la poursuite de l'ennemi

 

Bilan d'octobre

7 officiers blessés

4 officiers évacués"Gazés"

36 soldats tués

180 soldats blessés

143 soldats disparus

77 soldats évacués"Gazés"

 

-Ardennes:novembre et décembre 1918-

 

6 novembre occupation du secteur d'Attigny

 

7 novembre poursuite de l'ennemi vers La Horgne,Bouvellemont

 

9 novembre cantonnement à Singly à la ferme des Comes

 

10 novembre cantonnement à Charbogne

 

11 novembre 1918 "Cessation des combats à 11 heures"

 

  17 novembre le régiment se porte sur la Meuse

qu'il traverse à Sedan le 18

 

Route de Somme-Py à Souain 

 

 -Décembre 1918-

Pour certain la Fête de la liberté

 

 

pour des Millions.....

 

 

 Le Monument aux morts de Plouescat

"Les deux canons ci dessus ont été 'empruntés'en 2011,en mémoire de notre sacrifice,rapportez les nous,merci"
 

 

 

   Retour dans son foyer à Plouescat,le 18 décembre 1918 , pour y décéder de ses blessures et d'une pneumonie attrappée dans les tranchées,suite à une épidémie de Grippe Espagnole .

  

 

Merci...à toi et à tes camarades...


 

 

Lien vers un site photo de la guerre 1914-1914

http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/index.htm
                                                   

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement