Jean-Marie Abaléa "1917- 1925"    
     V
olontaire pour se battre sur les mers, pour son pays en 1917.......

Son père va mourir de ses blessures à Verdun en 1918.....

 
 

Matricule: 1148


 

 Né le 30 juin 1899 à Plouescat

Marié le 3 mars 1925 à Plougoulm avec Marie-Catherine Prigent





Décédé le 3 décembre 1982 à Plouescat

Fils de Michel Abaléa et de Marie-Anne Mercer

Marin

inscrit maritime à Morlaix 1053 le 8 juillet 1931 

 

Signalement

Cheveux: chatain

Yeux:bleus

Front:ordinaire

Nez:moyen

Visage:ovale

Taille:1.67m

  

Grades 


Engagé volontaire pour 7 ans à Brest le 6 juillet 1917  

Arrivé au corps le 6 juillet 1917 à Brest , Matelot de 3ème classe

 Matelot de 2ème classe,breveté chauffeur, le 1er aout 1918

Quartier Maitre Chauffeur le 1er octobre 1919  

 Second Maitre Chauffeur le 1er janvier 1929

Obtention du B.S. Chauffeur,le 1er avril 1932

Maitre au 1 juillet 1936

Médaille militaire au 1er juillet 1931


 

 


Croix de Guerre"Etoile sur Argent"



"Pour les Combats de Dakar les 23, 24 et 25 septembre 1940" 

 

La bataille de Dakar est le second drame de la marine française, après celui de Mers El Kébir en Juillet 1940. 

En effet, depuis l'armistice la France défend son droit à rester neutre. Mais la marine Française préoccupe beaucoup l'Angleterre qui a peur de la voir passer du coté Allemand. La récupération de navires modernes, comme le cuirassé Richelieu, par les forces de l'axe serait désastreuse pour l'angleterre qui ne possède à cette époque que des navires relativement anciens. De plus, les Gaullistes tentent de faire passer les anciennes colonies françaises du coté de la France libre, et déjà quelques pays ont choisi de continuer la lutte aux cotés des alliés. 

C'est dans cette ambiance que l'Angleterre lance l'opération MENACE. Une flotte alliée composée de batiments anglais et FFNL va se présenter devant DAKAR et demander le ralliement à la France libre. Le choc de Mers El Kébir, la loyauté des officiers au gouvernement Pétain va provoquer cet affrontement entre Français et l'alliés de hier....




 Affectations




6 juillet au 22 septembre 1917

2 ème dépot de Brest


Carte de la Méditérannée

 

 


Méditerrannée Orientale "De 1917 à 1920"


22 juillet 1917 au 1er aout 1918  

 1ère division légère de la Méditerannée




 Croiseur-cuirassé " Edgar Quinet" 

Lancé à Brest le 21 septembre 1907
1 ère division légère des cuirassés au Montenegro et en Tunisie,de 1914 à 1915
Occupation de Corfou,évacuation de l'Armée Serbe,Affaire d'Athènes,en 1916
Corfou et Malte,de 1917 à 1918
Ecole d'Application,en 1929
Coulé après échouage au Cap Blanc en Algérie le 9 janvier 1930

Armée Navale de la Méditérannée "Corfou et malte"

Le Commandant est le "Capitaine de Vaisseau Gaston Grandclément"

Le navire ,basé en Grèce,assurait la surveillance des mers Méditérannée,Adriatique et Egée.Il croisa également en Mer Noire à la suite du changement du régime politique Russe.Le navire accosta à Batoum"Caucase" ou nous prîmes position pour protéger le port.Le navire menaça de bombarder Odessa si les bolchéviques,qui retenaient des batiments français ne les relachaient pas sous quarante huit heures.L'Amiral et le Commandement obtinrent gain de cause au dernier coup de minuit. Le navire et son escorte"torpilleurs et Dragueurs"fîrent ensuite route pour Constantinople.Une nouvelle mission les amena en Méditérannée sur les côtes Turques à Mersin.Ayant essuyé les attaques des francs tireurs Kurdes ,le batiment effectue des bombardements sur des villages turcs.Il participe également à des affrontements contre les marines Austro-Hongroises et Allemandes

 



1er aout au 26 octobre 1918

Ecole des Mécaniciens-Chauffeurs


Contre-Torpilleur  "Cavalier"

Lancé aux Chantiers de Normandie à Cherbourg,le 9 mai 1910
Mis en service,le 20 janvier 1911
Affectée en Méditerranée et en Mer Adriatique,de1913 à 1918
Ecole des Chauffeurs,à partir de 1918 
Désarmé à Toulon le 28 octobre 1927
Vendu pour démolition à Toulon,en 1928

6 ème escadrille de Contre-Torpilleurs à Moudros"Grèce"

Le Commandant est le "Lieutenant de Vaisseau GUYADER" 

Durant les mois d'Aôut à Octobre, il participe à des escortes de convois
entre Tarente et Messine en Italie, et Patras et Corfou en Grèce,
il doit subir des affrontements en mer Ionienne contre les escadres Autrichiennes.
Suite à diverses attaques en Mer Ionienne et en Mer Méditerranée,
 il doit subir des réparations à Naples en Octobre 1918



 


26 octobre 1918 au 18 janvier 1919


 Cuirassé à Tourelles " Patrie"

Lancé à La Seyne sur Mer le 17 décembre 1903
Mis en sevice,le 1er février 1907
Coule le Cuirassé Autrichien"Zenta",le 16 août 1914
Affecté en Grèce et en Méditerranée Orientale,à partir de 1916
Ecole des Mécaniciens et des Torpilleurs,de 1920 à 1927 
Désarmé,en 1928
Vendu pour démolition à Toulon le 7 novembre 1936



 

 Détaché à la division de Salonique,

Sous le commandement du "Lieutenant de vaisseau Joseph Guyot d'Asnieres de Salins"


Exercice de récupération et d'embarquement de torpilles


Basé à Salonique ,il intervient en mer Ionienne et en mer Egée contre les armées Austro-Hongroises et Allemandes .Le 11 novembre 1918,c'est l'Armistice,
Pour la 1ère fois depuis août 1914,les navires de guerre Français hissent le Grand Pavois et saluent d'une salve de 21 coups de canon. 



18 janvier au 17 mai 1919


Croiseur Cuirassé " Bruix"

Lancé à Rochefort le 2 aout 1894
Mis en service,le 5 décembre 1896
Extrême-Orient"Shangaï-Japon",de 19808 à 1909
Patrouilles en Mer Rouge,en 1915
Opérations à Athènes et Salamis,Blocus de la Grèce,de 1916 à 1918
Campagne de la Mer Noire,en 1919
Désarmé à Salonique le 21 juin 1920


Basé à Constantinople,
sous le commandement du" Capitaine de Corvette Winter"



"Intervention de la Marine Française en Mer Noire"

Extrait du site de Jean Delamare
...Pour le Pays,Pour la Patrie,Pour l'Honneur... 



 

"L'amiral Gauchet qui commande l'armée navale est à Corfou, les troupes sont sous le commandement du gl Berthelot mais la logistique dépend de l'Armée d'orient du gl Franchet d'Esperey. L'amiral Amet commande la II° escadre mais l'amiral Pugliesi Conti est chargé des bases. Toutes ces autorités finissent par créer une source permanente de conflits. Les communications T.S.F. sont détestables et souvent inintelligibles. Il faudra attendre le printemps pour que Franchet d'Esperey prennent en main l'ensemble de l'opération. La logistique est inefficace. A Constantinople, la Marine ne peut créer une base opérationnelle digne de ce nom. Le charbon fait défaut et le peu qui subsiste est attribué à la population. A Sébastopol, la situation est meilleure matériellement, mais la ville est en pleine tourmente révolutionnaire. La situation est aggravée par le départ des derniers navires marchands restitués à leurs armateurs. Une cinquantaine de navires marchands sont découverts dans les ports russes mais sans équipages. Des marins sont transférés depuis des navires de guerre pour les armer. 

Le premier choc avec des Russes à lieu à Kherson sur le Dniepr. Ce sont les troupes d'un "seigneur de la guerre". La garnison française est composée de 2 compagnies au moral en berne, d'un bataillon grec et d'un train blindé (anciennement allemand) armé par des marins français. L'attaque russe débute le 3 mars avec des centaines de soldats bien entraînés. Deux compagnies de renfort parviennent à rejoindre les assiégés. Le désastre est évité grâce à l'intervention de petits navires de guerre qui ont réussi à remonter le fleuve. Le mouilleur de mines Pluton, les avisos Algol, Altair, Aldebaran et le torpilleur Mameluck permettent de rembarquer les défenseurs de Kherson. L'évacuation de Kherson décide Franchet d'Esprey à évacuer Nicolaîev où la garnison est fortement menacée par un soulèvement général. La flotte en profite pour évacuer 10 000 soldats allemands oubliés.

Le 3 avril, les Français décident de faire évacuer Odessa  où des milliers de Russes attendent de fuir l'avance des Bolcheviques. C'est encore la Marine (amiral Lejay) qui va mener à bien cette évacuation car les troupes françaises comptent moins de 1 800 hommes dans la ville d'Odessa. Les cuirassés Justice et Jean-Bart, les croiseurs Jules-Michelet et Bruix, les avisos Aldebaran, Spahi, Dehorter, Mameluck, ainsi que des bâtiments étrangers vont appuyer de leur artillerie les troupes et les civils qui rembarquent. 10 000 civils étrangers et 50 000 Russes échappent à l'emprise des Bolcheviques

La marine continue aussi son blocus des cotes de l'Ukraine et de l'embouchure du Dniepr.L'amiral Caubet dispose pour cela des croiseurs Waldeck Rousseau,Ernest Renan,Bruix,des avisos et torpilleurs Aldebaran,Pluton,Spahi,Mameluk,Aspirant Herber et Mangini.

Avec le reste de la II° escadre,l'amiral Arnet assure la protection de la Crimée et de Sébastopol.Lles compagnies de débarquement des avisos Scarpe,Hussard,Phénix,Enseigne Henry et du cuirassé Jean Bart brisent deux attaques Bolchéviques sur Marioupol en Mer d'Azov puis rembarquent dans leurs navires le 30 mars.

La perte de tous les ports de Crimée entraine la décision d'évacuer les 6000 soldats alliés de Sébastopol.Le rembarquement est reporté de plusieurs jours car l'amiral souhaite récupérer le Mirabeau en cours de réparation.Le 15 avril,les premiers éléments de l'Armée Rouge se heurtent aux positions alliées(6000 hommes) qui occupent d'ailleurs les positions Russes de 1854.

Le 16 avril,l'artillerie navale des cuirassés France,Jean Bart,Vergniaud,Justice,du croiseur Du Chayla,du torpilleur Dehorter et des navires Anglais et Grecs dont le porte-avions Empress s'en prend à l'Armée Rouge et brise son attaque.  

Le 22 avril,Franchetd'Esperey ordonne l'évacuation à un amiral Amet qui finit par s'incliner"




 

Départ de Constantinople,le 5 février 
Odessa
Sebastopol
Constanza
Retour à Constantinople,le 24 février

Départ de Constantinople,le 25 février
Gallipoli
Retour à Constantinople,le 28 février

Départ de Constantinople,le 9 mars
Odessa
Nikolaev
Retour à Odessa,le 16 mars

Départ de Odessa,le 17 mars
Otchakov
Koblevo
Retour à Otchakov,le 27 mars

Départ de Otchakov,le 28 mars
Koblevo
Ile de Berezan
Retour à Koblevo,le 31 mars

Départ de Koblevo,le 1er avril
Otchakov
Ile de Berezan
Cap Adjiask
Ile de Berezan
Cap Adjiask
Retour à Odessa,le 16 avril

Départ de Odessa,le 17 avril
Retour en Baie de Tendra,le 18 avril

Remorquage de cargos entre Odessa et la Baie de Tendra,du 30 avril au 5 mai

Départ de la Baie de Tendra,le 5 mai
Reour à Constantinople,le 7 mai



 

17 mai au 1er aout 1919 :

Base de Constantinople "Aujourd'hui : Istambul-Turquie"


 

1er aout 1919 au 3 juin 1920



 

Aviso "Scarpe"

Lancé à Lorientle 31 octobre 1917
Mis en service,le 13 août 1918
Patrouille en Atlantique Nord,en 1918
Affectée pour patrouilles en Mer Noire,en1919
Essais de remarquage du sous-marin Amazone en plongée,en 1925
Désarmé le 28 janvier 1938
Démoli à Lorient,en 1946


Patouilles et Escortes des sous marins en Mer Adriatique

Le Commandant est le "Capitaine de Corvette Emile Muselier"

Il intervient en Mer Noire et en Mer d'Azov pour défendre le port de Marioupov contre les Bolchéviques,il participe aussi à l'évacuation des populations dans les autres ports de la Mer D'Azov.

 



3 au 9 juin 1920

5ème Dépot de Toulon

  


9 juin au 24 juillet 1920

2 ème Dépot de Brest

 

 

24 juillet 1920 au 24 aout 1922






Croiseur Cuirassé  "Montcalm"

Lancé à La Seyne sur Mer le 27 mars 1900
Mis en service,le 24 mars 1902
Extrême-Orient,de 1903 à 1906
Départ de Brest pour l'Extrême-Orient,de 1910 à 1911
Tahiti et prise des Samoas avec les Australiens,en septembre 1914
Protection du Canal de Suez,en 1915
Brest et les Antilles,de 1916 à 1917
Division Baltique de Copenhague,en 1919
Extrême-Orient,de 1921 à 1922
Désarmé à Brest le 28 octobre 1926
Ecole des apprentis,de 1931 à 1934
Caserne de l'école des Mousses à Brest,du 25 septembre 1934 au 16 juin 1940
Transformé en "Ponton Trémintin en 1934"
Détruit à Brest,en 1943

 


 En 1920

 Basé à Copenhague,Division de la Baltique.


15 janvier 1921 au 16 aout 1922

Campagne en Asie"Japon et Mer de Chine" durant plusieurs années

L'équipage assiste, début 1921 à Miyazu ,sur les bords de la Mer du Japon, à une messe célébrée par le Père Jean Louis Relave.La petite église construite par celui ci et par la petite communauté chrétienne ne put contenir tous les marins français du Montcalm qui était venu en visite dans ce port de guerre Japonnais.

En novembre 1921,il fut envoyé à Singapour pour attendre le Maréchal Joffre,qu'il accompagna durant 4 mois au cours de sa visite en Extême Orient  

 

 

24 aout 1922 au 21 mars 1923

2 ème Dépot de Brest

  


21 mars au 9 novembre 1923


 2ème Escadrille de le Division Navale
de la Manche et de la mer du Nord "Basée à Brest"


 Torpilleur "Marocain"

Ancien Japonnais"Kaba"
Lancé à Maizuru au Japon sous le n°7, en mai 1917
Regroupé à Sasebo et appareille pour port Saïd en juillet 1917 

Transféré à la France et passe sous équipage Français à Port Saïd, le 9 octobre 1917
1ère Armée navale 3ème Escadrille à Moudros,de novembre 1917 à 1920

Patrouilles en Mer Méditerannée.
5ème Escadrille de la Manche et de la Mer du Nord,de octobre 1920 à 1921
2ème Escadrille de la Manche et de la Mer du Nord,de juillet 1921 à 1925
6ème Escadrille de la Manche et de la Mer du nord,de octobre 1925 à 1935
Désarmé,le 27 Août 1935
Vendu pour démolition à Brest,en 1936

 

 



9 novembre au 6 décembre 1923
 

 

 


Croiseur "Montcalm" En subsistance

 



6 décembre 1923 au 1er avril 1924

 

 

 Dragueur-Canonnière" L'Inconstant'

Lancé à Brest le 6 mars 1916
Mis en service ,le 2 janvier 1917
Escortes et patrouilles en baie de Biscarosse,de 1917 à 1918
Sauvetage du Croiseur "Kléber" Coulé par une mine, à l'entrée du goulet de Brest,le 27 juin 1917
Transformé en Canonnière,en 1925
Transformé en Aviso de 2ème classe,en 1929
Désarmé à Brest le 24 janvier 1933
Vendu pour démolition à brest,en 1934

 

 


  

1er avril 1924 au 30 mars 1925



Cuirassé  "Colmar"


Ancien "See Kolberg" Cédé à la France par la Kriegsmarine en 1920
Campagne en extrême orient et retour à Brest en mars 1925 
Désarmé le 21 juillet 1927 
Il sert de caserne  



 
 

...A suivre....



Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement